samedi 18 février 2017

 

Silat Gayong
 
Les origines du mots Gayong sont liées au mot Malais "Silat" et s'associe à une série de mouvements par lesquels 2 adversaires montrent comment de protéger et se défendre sans utiliser d'armes et d'une façon extrêmemnt gracieuse. 
 
Une légende prétend d'ailleurs que le Silat a été inventé par une femme qui en observant des combats d'animaux mis au point des techniques de défense contre un mari brutal.

Le Silat Gayong, a été introduit à la court de Malacca au XV° siècle. Il s'y est développé en tant que divertissement pour les classes privilégiées, pour finalement gagner les classes rurales où il est resté en pratique jusqu'au temps de l'occupation japonaise durant la 2° Guerre Mondiale. 


 

Dans ces premiers temps, la plupart des instructeurs de Silat Gayong ont vécu dans des espaces ruraux et agraires, les cours de ce silat rudimentaire durait d'habitude trois mois. Certains jeunes de village se voyaient confiés aux instructeurs locaux pour des périodes s'étendant de six mois à une année mais, le Silat Gayong souffre d'un manque d'uniformité à cause de la diversité des enseignements.





Les premières expériences avec un programme uniforme ont commencé dans l'Île Sodong, à Singapour, en 1942, pendant l'Occupation japonaise. Il a été conduit par Mahaguru Dato Meor Abdul Rahman fils de Uda Mohamed Hashim.

Le Silat Gayong Propose une panoplie technique importante, avec des clés, des projections, des percussions... 

 
Les progrès d'un étudiant sont marqués par des passages de grades, bengkong (la ceinture) de couleur. Après six mois de formation de base, le débutant peut aspirer à porter sa première ceinture blanche, puis verte, rouge, jaune et finalement noir.


Silat Séni Gayong France est l'héritier de cette tradition. 



D'après http://malayfightingarts.blogspot.fr/2010/07/silat-gayong.html